En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Galliari

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Famille de peintres et de scénographes italiens.

Bernardino (Andorno, Biella, 1707 – id. 1794) et son frère Fabrizio (Andorno 1709 – Treviglio, Bergame, 1790) se formèrent à Milan. Leur activité de décorateurs et de scénographes se déroula surtout à Milan et à Turin. Ils furent ainsi scénographes du Teatro Regio de Milan à partir de 1743 et du Teatro alla Scala à partir de 1778. Ils travaillèrent également au Teatro Regio et au Teatro Carignano de Turin. En 1772, Bernardino fut appelé par Frédéric II à Berlin, où il décora l'église S. Hedwige et œuvra comme scénographe au théâtre de l'Opéra. De son côté, Fabrizio travailla à Parme (1769), à Vienne (1770) et à Paris (1777). Ils furent souvent aidés par leur frère Giovanni Antonio (Andorno 1714 –Milan 1783) , dont le fils Gaspare (Milan 1761 – id. 1823) fut aussi scénographe à Milan, marqué par le goût néo-classique. Les deux fils de Fabrizio, Giovanni ( ?1746 – Treviglio 1818) et Giuseppino (Andorno 1752 –Milan 1817) , participèrent également aux travaux familiaux et prolongèrent la tradition.

Dans cette famille, la personnalité dominante paraît être celle de Fabrizio, qui joua un rôle important dans l'histoire du décor théâtral, en réagissant contre la dictature " perspectiviste " des Bibbiena et en donnant à la scénographie un caractère plus nettement pictural. C'est en partie grâce à son œuvre et à son influence que le décor-tableau s'imposa entre 1750 et 1770, décor dont l'effet reste spectaculaire et l'inspiration imaginaire, mais où se fait jour un nouveau souci de vraisemblance historique et stylistique. Les œuvres de Galliari (projets dessinés de décors) sont conservées à la P. N. de Bologne, au Museo Civico et à la bibliothèque de Turin ainsi qu'à la fondation Pogliaghi de Varèse. On doit aussi à Bernardino des décorations murales parmi lesquelles celle de la Villa Bettoni à Bogliaco sur le lac de Garde et au château à Pica d'Asti.