En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Bénigne Gagneraux

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre français (Dijon 1756  – Florence 1795).

Il fut élève de Devosge à Dijon, puis se fixa à Rome, où il fut envoyé en 1776. Il travaille pour le cardinal de Bernis et surtout pour le roi Gustave III de Suède, son frère le duc Charles et son ministre le baron Taube. En 1793, il se réfugie à Florence, où il est nommé professeur à l'Académie et exécute un Autoportrait (Offices). Son œuvre, composé essentiellement de compositions mythologiques ou historiques d'exécution précieuse et fine, dans des tonalités claires (le Baptême de Clorinde par Tancrède, 1789, Louvre ; le Génie de la paix, 1794, musée de Genève), évoque, dans l'impeccable graphisme de sa stylisation, les camées antiques et les peintures de vases grecs. Gagneraux est représenté par plusieurs œuvres au musée de Dijon (Bacchanale, 1795), au Nm de Stockholm (Œdipe, 1784 ; le Pape Pie VI faisant visiter à Gustave III de Suède le musée Pio-Clementino, 1785 ; réplique de 1786 au château de Prague). Une exposition Gagneraux a été présentée à Rome et à Dijon en 1983.