En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Josef von Führich

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre autrichien (Kratzau, Bohême, 1800  – Vienne 1876).

Il travaille d'abord avec son père, modeste peintre de campagne, puis, protégé par des mécènes, se rend à Prague en 1813 pour y continuer ses études. Metternich lui fait obtenir une bourse d'études pour l'Italie, et, de 1827 à 1829, Führich travaille à Rome, aux fresques de la villa Massimi (salle de la Jérusalem délivrée d'après le Tasse), sous la direction d'Overbeck, en même temps que Schnorr et Veit ; il devient le plus nazaréen des peintres autrichiens, exécutant de grandes compositions historiques au style linéaire, voire graphique. En 1834, il est nommé conservateur de la Galerie de peinture de l'Académie de Vienne, où il est professeur en 1840. Le plus important peintre autrichien de tableaux religieux du xixe s., Führich tente de renouveler ce genre. Son petit tableau la Promenade de la Vierge (1841, Vienne, Österr. Gal.) révèle une piété d'où le pathétique est exclu, mais montre également le caractère intime et populaire de ses sujets bibliques et légendaires. Son œuvre la plus ambitieuse demeure la décoration à fresque de l'Alterchenfelder-Kirche de Vienne, commencée en 1851. Führich connut également une grande vogue par ses séries de gravures sur bois et à l'eau-forte, publiées par différents éditeurs entre 1863 et 1867 : Cycle de Noël, Cycle de Pâques, Cycle de la vie de Marie, " Livre de Ruth ".

Il rédige en 1875 une autobiographie, Lebenskizze, dans laquelle il exprime son désir de créer un sentiment spirituel dans l'art.