En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Serge Jastrebzoff, dit Serge Férat

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre français d'origine russe (Moscou 1881  – Paris 1958).

Il arrive à Paris v. 1901 ou 1902. Après avoir été l'élève de Bouguereau, il subit l'influence des Italiens du Quattrocento, puis de Cézanne. Puis il se lie avec l'avant-garde des poètes et des artistes et collectionne des œuvres du Douanier Rousseau. Les œuvres de Picasso, dont il fait la connaissance v. 1910-11, sont pour lui une révélation et il s'oriente peu à peu vers le Cubisme, qu'il adopte définitivement en 1913. Ses peintures, d'un cubisme très orthodoxe (Nature morte : verre, pipe et bouteille, 1914-15, Paris, M. N. A. M.), font preuve de grandes qualités de goût, mais son apport créateur se révèle assez mince.

Le rôle joué par Férat dans la diffusion du Cubisme fut en revanche fort important. Avec sa cousine, la baronne d'Œttingen, il recevait dans le salon de celle-ci toute l'avant-garde parisienne et fut notamment le commanditaire de la deuxième série (nov. 1913-juill.-août 1914) de la revue les Soirées de Paris, organe officieux du " Cubisme écartelé " d'Apollinaire. En 1917, il réalise les décors et les costumes de la pièce de ce dernier, les Mamelles de Tirésias. Serge Férat détruisit nombre de ses œuvres et mourut dans le dénuement et un oubli presque général.