En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Roger Eliot Fry

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Critique d'art, peintre et érudit britannique (Londres 1866  – id. 1934).

Il étudia l'art et son histoire à Paris et en Italie après des études scientifiques à Cambridge. Auteur d'un essai sur Bellini (1899), il surprit ses contemporains en organisant en 1910, à Londres, aux Grafton Galleries, une grande confrontation internationale, " Manet et les post-impressionnistes ", qui, renouvelée en 1912, provoqua dans les milieux d'avant-garde une prise de conscience des évolutions de la peinture moderne, particulièrement en France. Fry promut ainsi, avec le New English Art Club, une influence de la peinture française sur l'art anglais du début du xxe s. Il fut aussi l'instigateur des Omega Workshops (1913-1919), ateliers créés dans la tradition des Arts and Crafts (1861) ; ils proposaient de nouvelles formules décoratives appliquées au mobilier et préfiguraient par certains aspects de leur programme l'entreprise germanique du Bauhaus (1919).

Depuis 1888, Fry pratiquait une peinture qui relevait d'un cézannisme mêlé au souvenir de Friesz (décoration de la salle à manger de la Borough Polytechnic, fragments à la Tate Gal. de Londres), et, en 1927, il consacra une étude à Cézanne (Cézanne, a Study of his Development). Familier du Bloomsbury Group, qu'animait Virginia Woolf (biographe de Fry, Duncan Grant, Clive et Vanessa Bell), très informé de l'art ancien grâce à ses nombreux voyages en Italie et en France (Giotto, 1900-1901), mais aussi ouvert à tous les courants contemporains (Seurat, 1926), il exposa ses théories dans Vision and Design, édité à Londres en 1920. Ses titres de conservateur du Metropolitan Museum (1905-1910), de rédacteur du Burlington Magazine (à partir de 1903) et de professeur à Oxford (1933) lui conférèrent une grande autorité, à laquelle porta atteinte l'inimitié de Wyndham Lewis, qui lui opposa dès 1913 le Rebel Art Center. La publication, par Denys Sutton, en 1972, de ses Lettres permit la réhabilitation du critique.

Sa collection, léguée au Courtauld Inst. de Londres, comprend un choix de ses propres peintures et des œuvres importantes de Bonnard, Rouault, Derain, Seurat, Sickert et Duncan Grant.