En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Nicolas Froment

René Ier le Bon
René Ier le Bon

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre français (connu dans le Midi de la France à partir de 1465  – Avignon 1483/84).

Quoiqu'on l'ait longtemps cru d'origine méridionale, contrairement à la plupart des peintres de l'" école d'Avignon ", il était vraisemblablement originaire du Nord (Picardie ou Flandre française ?) : sa première œuvre connue, le Triptyque de la Résurrection de Lazare (Offices), fut exécutée en 1461 — c'est-à-dire avant son apparition dans les documents provençaux — pour Francesco Coppini de Prato, légat du pape en Flandre ; le style présente un mélange de traits flamands et de dureté de dessin et d'exécution, caractéristique de la peinture du Nord de la France. Fixé ensuite à Uzès, puis Avignon, il demeurera le représentant de l'école provençale le plus inféodé à l'esthétique flamande, chère au Roi René. Avec le Triptyque du Buisson ardent (cathédrale d'Aix-en-Provence), terminé en 1476 pour l'église des Grands Carmes d'Aix sur commande du Roi René, il reste soumis à l'influence des Pays-Bas dans la composition du retable comme dans les types ou le goût du réalisme ; mais, malgré certaine gaucherie de dessin, il tire de l'exemple provençal une leçon de monumentalité dans l'ordonnance et les personnages et d'énergique simplification dans la facture. On lui attribue une Légende de saint Mitre (cathédrale d'Aix-en-Provence) et un petit diptyque avec les portraits de René d'Anjou et Jeanne de Laval (Louvre).