En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

William Powell Frith

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre britannique (Aldfield, Yorkshire, 1819  – Londres 1909).

Formé à la Royal Academy, membre fondateur de la " Clique ", il se spécialisa ensuite dans le genre littéraire et historique (Scene in the Paris Shop, 1841, Londres, V. A. M. ; Dolly Varden, 1842, id.) avant de se retourner, à l'exemple des préraphaélites, vers des thèmes contemporains. Il peignit ainsi de grandes toiles panoramiques anecdotiques et pittoresques, qui obtinrent un énorme succès populaire que l'on n'avait pas connu à Londres depuis Wilkie : Ramsgate Sands (1854, coll. de la reine d'Angleterre), Derby Day (1856-1858, Londres, Tate Gal.), The Railway Station, Paddington (1862, Egham, Royal Holloway College). Frith sut continuer dans cette veine, mêlant à sa description de la société victorienne un sentiment moralisateur qui fait de lui un des représentants typiques de cette époque (le Salon d'or, Homburg, 1871, Providence, Rhode Island School of Design). La position de Frith demeura très forte jusqu'à sa mort (il fut ainsi soutenu par le célèbre marchand Gambart). Ses souvenirs permettent de bien connaître le monde artistique et la société de la période victorienne (My Autobiography and Reminiscences, 1887). Représentatif des " Philistins ", très réactionnaire en art, il pâtit aujourd'hui de son opposition aux préraphaélites, qui le détestaient. Mais il fut admiré par des artistes comme Sickert ou Whistler.