En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Caspar David Friedrich

Caspar David Friedrich, le Voyageur au-dessus de la mer de nuages
Caspar David Friedrich, le Voyageur au-dessus de la mer de nuages

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre allemand (Greifswald  1774  – Dresde  1840).

Après avoir fait ses études de 1794 à 1798 à l'Académie des beaux-arts de Copenhague, où il connaît les œuvres d'Abildgaard, Friedrich s'installe à Dresde en 1798. Il y fréquente le poète Ludwig Tieck et les peintres Carus, Runge, Kersting et Dahl. Avec ses grands dessins à la sépia, d'une technique précise, représentant surtout des sites de l'île de Rügen, il remporte ses premiers succès (musée de Hambourg ; Albertina ; musée de Weimar). Ses profondes réflexions sur la nature, une observation scrupuleuse de la réalité lui permettent de trouver son originalité propre dans le domaine de la peinture. Il retourne à différentes reprises dans sa région natale, où il se lie avec Runge, en 1801, 1802 et 1806, et crée à ce contact un style de paysage — toujours composé — qui lui est personnel (Brume, 1806, Vienne, K. M. ; Dolmen dans la neige, Dresde, Gg). Dans la Croix sur la montagne, dit Retable de Tetschen (1807-1808, id.), il recourt au paysage pour traduire son émotion religieuse. Le Moine au bord de la mer (1809, Berlin, Charlottenburg) est l'expression la plus parfaite de sa conception transcendante du paysage. L'Abbaye dans un bois (1809, id.) et le Matin dans le Riesengebirge (1811, id.) comptent parmi les œuvres les plus marquantes de cette période. De nouveaux voyages sur les bords de la Baltique en 1809, puis en 1810 dans le Riesengebirge et dans le Harz en 1811 enrichissent son répertoire de motifs (l'Arc-en-ciel, 1808, Essen, Folkwang Museum ; le Paysage du Riesengebirge, Moscou, musée Pouchkine).

Par la suite, sa recherche de l'universalité limite l'expression de sa fantaisie et de son langage formel. Mais on constate une nouvelle évolution à la suite de deux voyages sur les bords de la Baltique en 1815 et 1818 (la Croix sur le rivage, id. ; Navires au port, Potsdam, Sans-Souci). Il s'inspire plus étroitement de la nature et choisit des motifs idylliques ; son coloris s'intensifie. À partir de 1820, il exécute, en même temps que des paysages de bord de mer, quelques compositions de haute montagne, tels le Watzmann (1824, musées de Berlin) et Haute Montagne (détruit ; autref. à Berlin, N. G.). Friedrich a également peint des vues de la Mer polaire, dont une seule (la Mer de glace, 1823, Hambourg, Kunsthalle) nous est parvenue. À partir de 1825, les paysages mélancoliques reprennent une importance dominante dans sa production. Son écriture devient plus souple et son coloris saturé. En 1835, il eut une attaque d'apoplexie à la suite de laquelle il ne produisit plus que des dessins.

Chez Friedrich, la conception de la nature n'est soumise ni à la description littérale ni à l'idéalisation de la réalité vivante. Les motifs naturalistes sont considérés comme les hiéroglyphes d'une révélation divine. Un certain nombre d'éléments (la ruine, l'arbre, la roche brisée) transfigurent le paysage et lui donnent une portée symbolique. Ils relèvent peu du répertoire traditionnel. La prédilection de l'artiste pour les scènes de lever ou de tombée du jour, de forêts envahies par la brume montre une fascination pour les thèmes du dévoilement et de la révélation. Les formes qui émergent de ruines fictives dans les brumes épaisses manifestent une réalité autre : l'avènement d'une humanité nouvelle au milieu des débris d'un univers ancien. Le paysage offre souvent un premier plan plongé dans les ténèbres : des figures de dos, fréquentes dans les tableaux de Friedrich, contribuent à inclure le spectateur dans l'univers du tableau : promeneur un instant arrêté dans son errance, il contemple et cherche une nouvelle image du monde (le Voyageur devant la mer de nuages, 1818, Hambourg, Kunsthalle ; Deux Hommes regardant la lune, Dresde, Gg ; Sur le voilier, 1818, Ermitage). La tension permanente entre réalisme et poésie semble parfois faire éclater l'image même (la Mer de glace, l'Arc-en-ciel).

Les paysages de Friedrich, d'une haute spiritualité et d'une si riche sensibilité, furent appréciés du public dès les débuts du xixe s. ; le Retable de Tetschen, cependant, et le Moine au bord de la mer rencontrèrent une vive opposition. La notoriété du peintre atteignit son apogée en 1810, lorsque la maison de Prusse fit l'acquisition de certaines de ses œuvres. En 1816, il fut nommé membre de l'Académie de Dresde, et en 1824 professeur extraordinaire. En 1834, il reçut la visite du sculpteur français David d'Angers. Cependant, à l'exception de Carus, Blechen et Dahl, Friedrich eut peu d'influence sur ses contemporains. Sa conception symbolique de l'art ne pouvait s'accorder avec le prosaïsme de l'époque Biedermeier. Redécouvert au début du xxe s., il apparaît aujourd'hui comme le plus grand paysagiste allemand du xixe s. Il est représenté dans la plupart des musées allemands, surtout à Berlin, Dresde et Hambourg, ainsi qu'à Brême, Essen, Karlsruhe, Hanovre, Leipzig (les Âges de la vie, 1835), Kiel, Cologne et Munich. On peut aussi voir certaines de ses œuvres à Vienne, à Leningrad, à Moscou, à Winterthur, à Oslo, à Prague ainsi qu'à la N. G. de Londres et au Louvre (l'Arbre aux corbeaux).