En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Émile Friant

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre français (Dieuze 1863  – Nancy 1932).

Originaire de la Lorraine annexée, sa famille se fixa à Nancy après le traité de Francfort. Ses études à l'école de dessin de la ville lui valurent une bourse municipale pour Paris. Il fut admis dans l'atelier de Cabanel et conseillé par Bastien-Lepage. Sa grande composition la Toussaint (musée de Nancy), présentée au Salon de 1889, lui valut le succès : il fut l'un des fondateurs de la Société nationale des beaux-arts (1890). Le dessinateur, qui se réclame d'Ingres, ne dépasse que rarement la précision minutieuse d'un naturalisme trop confiant en lui-même (portraits de Barrès, Gallé, Poincaré). Le peintre sait ajouter, en les limitant, les acquis de l'Impressionnisme : Autoportrait (1895, id.), et alterne scènes de genre, scènes de sport, paysages tunisiens, scènes tragiques comme la Fine capitale ou l'Expiation (1908). Des qualités de métier certaines témoignent de dons peut-être compromis par le souci — et la réussite — d'une carrière officielle qui le conduisit à l'Institut. Friant exécuta à Nancy plusieurs décorations, dont les Jours heureux (1895, hôtel de ville, salle des séances du conseil municipal). Il est représenté dans les musées de Nancy, de Toul et de Montpellier.