En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Battista Franco

dit Semolei

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre italien (Venise v. 1498  – id. 1561).

Il se forma dans le milieu maniériste romain, sans que l'on sache exactement qui fut son maître. Ses premières œuvres sont exécutées à Venise. En 1530, Franco est à Rome, où il participe — avec Antonio da Sangallo — à l'apparato de l'entrée de Charles Quint (1536). La même année, à Florence, il aide Vasari dans l'élaboration des préparatifs du mariage du duc Alexandre de Médicis et de Marguerite d'Autriche, et, en 1539, à celui de Cosme Ier et d'Éléonore de Tolède. Il ne reste rien de ces travaux, connus par les seules descriptions de Vasari. De retour à Rome, Franco travaille à S. Giovanni Decollato (Arrestation de saint Jean-Baptiste, 1542), copie le Jugement dernier de Michel-Ange et les sculptures de la Sagrestia Nuova de S. Lorenzo, récemment terminées et qui l'influenceront certainement (Descente aux limbes, 1542, Rome, Gal. Colonna). Après un passage à Urbino (Madone avec saint Pierre et saint Paul, Urbino, Museo diocesano) et dans les Marches (Osimo, Fabriano), il passe les dernières années de sa vie à Venise, où il travaille notamment à la Libreria Vecchia de Sansovino (1556, 3 tondi), au Palais ducal et au Fondaco dei Tedeschi. Parmi les œuvres demeurées à Florence et fortement marquées par l'étude de Michel-Ange, il faut retenir l'Allégorie de la bataille de Montemurlo (Florence, Pitti) et le Noli me tangere de la Casa Buonarroti, attribué à Battista Franco par C. de Tolnay.