En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

André Fougeron

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre français (Paris 1913-Amboise 1998).

Ouvrier métallurgiste, Fougeron s'adonne à la peinture et, en 1937, il expose aux Surindépendants et participe au groupe Art cruel, réuni par J. Cassou (gal. Billiet-Worms). Dès 1939, il adhère au parti communiste et, durant l'Occupation, entre dans la Résistance alors qu'il travaille pour un atelier de décors de théâtre. En 1943, l'année de sa Rue de Paris 43, il participe à l'exposition " 12 peintres d'aujourd'hui " (gal. de France). Il travaille sous contrat pour les gal. Drouin, en 1944, et Billiet-Caputo, en 1946, où il a sa première exposition personnelle, suivie du prix national. Mais, en 1947, les positions de L. Casanova au XIe Congrès du parti provoquent en lui une crise qui le fait rompre avec sa galerie et sa manière, abandonnant une stylisation encore empreinte de l'influence de Picasso pour un réalisme sévère dominé par le thème social dont ses Parisiennes au marché, 1948, seront le manifeste. En 1950-51, à l'appel d'un syndicat, il va vivre à Lens et réalise la série " Le pays des mines ". Sans crainte du scandale qu'il provoque dans ces années dominées par l'Abstraction, il exploite les thèmes du jour, proteste contre l'O. T. A. N. (Les paysans français défendent leurs terres, 1953), la guerre (Viêt-nam 67, 1967). Peu à peu réapparaissent les thèmes de la joie de vivre ainsi qu'un nouveau souci de stylisation qui le mène, dans les années 70, à adopter les synthèses graphiques et les aplats de la Figuration narrative. Depuis sa première décoration murale en 1938, Fougeron a réalisé de nombreuses mosaïques ainsi que des décors de théâtre.