En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Georges Folmer

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre et sculpteur français (Nancy 1895  – Neumühl 1977).

Après des études à l'École des beaux-arts de Nancy, il se fixe à Paris à la fin de la Première Guerre mondiale. Exposant régulier au Salon des indépendants et des Tuileries, Folmer réalise huiles et aquarelles figuratives, pour s'orienter ensuite vers le Cubisme. Sa rencontre avec Félix Del Marle, en 1926, lui permet d'entrer en contact avec les artistes de la revue lilloise Vouloir. Influencé par ses nouveaux amis, Folmer accentue le caractère géométrique des formes (Tête cubiste, 1930) et poursuit, de 1930 à 1938, l'élimination du sujet. En 1939, il est au côté de Frédo Sidès à la gal. Charpentier pour l'avant-première du Salon des Réalités nouvelles, qui ouvrira ses portes en 1946, et dont Folmer sera secrétaire général de 1956 à 1968. Les tableaux peints à partir de 1945 appartiennent pleinement au courant de l'art constructif : aplats colorés, absence de profondeur, division géométrique du plan, esthétique fondée sur les rapports purs de lignes et de couleurs (Triade, 1951 ; Ligne, 1952). L'occupation de l'espace conditionne la conception plastique de Folmer qui, dès 1945, amène ses œuvres dans la troisième dimension en réalisant ses premières Constructions spatiales. Se refusant à les appeler sculptures, il tente plutôt d'amener son art géométrique pictural à de nouvelles conditions, en lui trouvant des situations complémentaires dans l'espace. Toujours soucieux d'enrichir et de renouveler son langage plastique, Folmer introduit le mouvement dans ses œuvres à partir de 1963 (Rotopeintures, tableaux grilles, Rotocorps). Totalement intégré au milieu de l'Abstraction géométrique, Folmer jouera un véritable rôle de fédérateur et défendra le courant de l'art constructif face à la montée de l'art lyrique. Théoricien actif, il travaille à la synthèse des arts, dès 1951, au sein du groupe Espace, puis avec le groupe Mesure, qu'il fonde en 1960. En 1972, le Salon des Réalités nouvelles lui rend hommage lors d'une importante rétro-spective. Ses œuvres sont conservées aux musées de Grenoble, Nantes, Rennes, Cholet et Kaiserslautern (Allemagne).