En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Adolf Fleischmann

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre allemand (Esslingen  1892  – Stuttgart 1968).

Élève d'Adolf Hölzel à Stuttgart de 1911 à 1913, Adolf Fleischmann ne trouvera véritablement sa voie que tardivement, après avoir beaucoup voyagé. Vers 1938, au moment où il se fixe en France, ses compositions abstraites se révèlent assez proches de certaines œuvres des années 20 réalisées par Willi Baumeister. En 1939, Fleischmann participe à la première exposition des Réalités nouvelles organisée par le groupe Renaissance plastique. En 1946, il participe à la fondation du Salon des Réalités nouvelles. Il est assez proche de Georges Vantongerloo, comme le montrent la composition et la gamme colorée du tableau 1948 (1948, musée de Grenoble). En 1948, il a sa première exposition personnelle à Paris à la galerie Raymond Creuze, qui sera suivie en 1951 d'une exposition à la galerie Colette Allendy. L'artiste a trouvé son style, fait d'un système de lignes parallèles verticales et horizontales colorées, qui créent une mosaïque de plans dans laquelle interviennent des lignes en surimpression. L'ensemble est peint avec une facture relativement sensible dans une gamme sourde à base de gris (Composition n° 43, musée de Grenoble).

En 1952, Fleischmann émigre aux États-Unis. Il participe à la fondation du groupe Espace. À partir de 1960, il réalisera également quelques reliefs qui rappellent la matière du carton ondulé.

L'œuvre de Fleischmann est bien représentée dans les musées allemands, américains, à Paris au Musée national d'art moderne, ainsi qu'au musée de Grenoble.