En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Hippolyte Flandrin

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre français (Lyon 1809  – Rome 1864).

Il fut l'un des élèves préférés d'Ingres et remporta le prix de Rome en 1832. Sans avoir hérité du génie créateur de son maître, il fut l'un des propagateurs les plus zélés de ses théories. Il est surtout connu pour le rôle prépondérant qu'il joua parmi les artistes, pour la plupart disciples d'Ingres, pressentis pour la vaste campagne de décoration d'églises anciennes et modernes dans la seconde moitié du xixe s. On lui doit de vastes compositions murales à Saint-Séverin, Saint-Germain-des-Prés (nef et chœur), Saint-Vincent-de-Paul de Paris, à Lyon dans la basilique Saint-Martin-d'Ainay et à Nîmes à l'église Saint-Paul. Il tenta d'y ressusciter l'esprit des frises de Ravenne ou des peintures du quattrocento. Il laissa aussi un œuvre de portraitiste d'une sensibilité réaliste et poétique (Jeune Fille, 1840, musée de Nantes ; Mme Flandrin, 1846, Louvre ; la Jeune Grecque, 1863, id.). Le musée de Montauban conserve plusieurs de ses œuvres, ainsi que celui de Lyon. Au Louvre, signalons le Jeune Homme nu, assis au bord de la mer (1836). Une exposition a été consacrée aux trois frères Flandrin (Paris 1984-85).