En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Fiorenzo di Lorenzo

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre italien (Pérouse 1440 ? – id. av.  1525).

Les œuvres de Fiorenzo di Lorenzo, relativement secondaires du point de vue esthétique, illustrent bien l'évolution de la culture ombrienne à la fin du xve s. À ses débuts, l'artiste est proche des peintres de Pérouse Bonfigli et Caporali, qui furent sans doute ses maîtres ; une œuvre comme sa Madone avec saints Mustiola, Pierre, André et François (Pérouse, G. N.) dérive encore de l'exemple de Fra Angelico, dont Bonfigli et Caporali furent l'écho. Peu après 1470, le style de Fiorenzo di Lorenzo reflète d'autres influences, celles de Girolamo da Cremona et de Liberale da Verona et celle de la production de jeunesse de Pérugin, influencé par Verrocchio. De Liberale et Girolamo découlent, pour l'invention comme pour la matière métallique, des œuvres comme la Madone aux anges (Pérouse, G. N.) et les 2 versions de Saint Sébastien (id. ; Rome, Gal. Doria Pamphili). Dans l'Adoration des bergers (Pérouse, G. N.), Fiorenzo semble au contraire se rallier au Classicisme de Pérugin (v. 1480). Après 1480, le peintre subit l'influence ombrienne du Maître de l'Annonciation Gardner (Pier Matteo d'Amelia) et celle d'Antoniazzo Romano, comme en témoignent la Vierge en gloire avec saint Pierre et saint Paul, de 1487 (id.), et le triptyque de la N. G. de Londres. Dans des œuvres plus tardives, comme le Retable pour l'église S. Maria Nuova, de 1487-1493 (Pérouse, G. N.), apparaît une forte influence de Pinturicchio. Nous ne savons rien des vingt-cinq dernières années de la vie de l'artiste.