En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Robert Filliou

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Artiste français (Sauve 1926  – id. 1987).

Robert Filliou est l'un des rares artistes qui aient incarné le rêve de nombreux créateurs depuis Marcel Duchamp : l'abolition de la frontière entre l'art et la vie, qui sera au cœur de toute son œuvre. Après avoir participé à la Résistance, où il est confronté au marxisme, il entreprend des études d'économie à l'université de Californie, puis, en 1951, devient fonctionnaire de l'O. N. U. en Corée. En 1954, renonçant à tout emploi officiel, il effectue de nombreux voyages en Espagne, en Égypte, au Danemark. C'est au cours des années 1960 que l'artiste commence à appliquer sa définition de l'art : " Ce qu'il faut incorporer dans la vie de chacun pour en faire un art de vivre. " En 1960, proche de Daniel Spoerri, il écrit une pièce d'auto-théâtre, l'Immortelle Mort du monde, qui se crée au fur et à mesure qu'elle se joue et dont la mise en scène constitue sa première réalisation visuelle. Au même moment, il met en œuvre le principe de l'envoi d'objets assemblés formant des poèmes à petite vitesse. En 1962, Filliou fonde la " Galerie Légitime ", chapeau haut-de-forme utilisé comme lieu d'exposition mobile, présentant par la suite des œuvres de Spoerri, Ben Vautier, Emmet Williams dans le cadre de la " Misfist Fair " à Londres, et, en 1963, le Poïpoïdrome, institut de création permanente, avec Joachim Pfeuffer, dont des réalisations seront présentées à Bruxelles en 1975, puis à Paris (M. N. A. M.) en 1978. De 1965 à 1968, il crée à Villefranche-sur-Mer, avec George Brecht, la " Cédille qui sourit ", non-boutique ou boutique-atelier, présentée comme le premier centre de créativité permanente, lieu d'" échange insouciant, d'information et d'expérience " où sont notamment inventés et désinventés des objets et où sera élaboré le livre Games at the Cedilla or the Cedilla takes off (1967). En 1966, l'Exposition intuitive, gal. Ranson à Paris, se propose de dépasser l'héritage de Duchamp en passant de l'invention logique à l'" invention intuitive " dans le cadre d'une présentation d'outils sur des agrandissements de télégrammes. En 1967, installé à Düsseldorf, où il rejoint Spoerri et Dieter Roth, avec qui il enseignera à l'Académie, il rédige un livre d'enseignement : Teaching and Learning as Performing Arts, en collaboration avec J. Beuys, G. Brecht, J. Cage, A. Kaprow, etc. Le cœur de l'activité de Filliou réside dans le principe d'équivalence, qu'il développe à l'occasion d'une exposition à Düsseldorf (gal. Schmela) en 1969 : Bien fait = Mal fait = Pas fait (une chaussette rouge dans une petite boîte peinte soigneusement en jaune est juxtaposée à une boîte mal peinte avec une chaussette sans pied et à une boîte vide). Le même principe est développé en considérant ce regroupement des trois boîtes comme bien fait jusqu'à créer un mur couvert de boîtes en bois blanc géométriquement alignées et contenant chacune une chaussette rouge. Cette démarche veut faire apparaître la dissociation entre le faire et le savoir-faire, avec l'intention de restituer à chacun la possibilité de créer en se fondant sur l'imagination et l'innocence, ces deux mots qu'il a écrits au néon dans la Boîte à outils de création permanente (1969). En 1974, Filliou applique ce principe à la naissance de l'Univers dans la Recherche de l'Origine (musée d'art contemporain, Lyon), bande de tissu de 80 m de long cherchant, par un jeu de dessins, un rapprochement entre la physique contemporaine et la philosophie orientale. Rejetant la beauté formelle, Filliou utilise des matériaux empruntés au quotidien : chaises, planches, briques, que l'artiste relie, juxtapose, assemble et commente par un texte ou un titre qui crée l'œuvre d'art (comme dans Musical Economy, 1976, Paris, M. N. A. M., constitué de 33 piétements de pupitres portant chacun deux cartes à jouer). L'artiste a aussi composé de nombreuses œuvres en vidéo : Portafilliou, 1977, Video Universe-City, 1978-1981). Une rétrospective de son œuvre a eu lieu en 1984 à Hanovre, Paris (A. R. C.) et Berne. À partir de 1985, l'artiste vit retiré dans une communauté bouddhiste en Dordogne. Son œuvre est représentée dans de nombreux musées français : Paris (M. N. A. M.), Lyon, Nîmes, et étrangers : Bâle, Münchengladbach, Stuttgart. Une exposition a eu lieu au M. N. A. M. (Paris) en 1991.