En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Charles Filiger

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre français (Thann 1863  – Plougastel-Daoulas 1928).

Cet artiste doux et mystique, admirateur des primitifs italiens, rejoignit Gauguin au Pouldu en 1890. Ses gouaches naïves et ferventes, qui représentent des landes sinueuses et des figures enluminées, sont exposées aux Indépendants (1889-90), aux Vingt à Bruxelles (1891), au Salon de la Rose-Croix (1892), chez Le Barc de Boutteville (1892-1894) et Durand-Ruel (1899). Ami d'Alfred Jarry, de R. de Gourmont, dont il illustre l'Ymagier (1844), il est soutenu par A. de La Rochefoucauld jusqu'à la mort de celui-ci, en 1900. Vagabond méfiant, il peint alors de curieuses notations chromatiques où des visages expressivement stylisés sont enserrés dans une mosaïque géométrique de couleurs (1903, Orsay) et dans lesquelles André Breton, qui possédait plusieurs de ses œuvres, trouvait un accent précurseur du Surréalisme.