En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Domenico Fiasella

dit il Sarzana

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre italien (Sarzana 1589  – Gênes 1669).

Après être passé dans l'école des maniéristes tardifs Lomi et Paggi, à Gênes, Fiasella se rendit, encore jeune, à Rome, où il resta près de dix ans, jusqu'en 1616. Il y travailla chez Passignano et le Cavalier d'Arpin ; mais ce fut davantage l'art de Caravage que le Maniérisme qui l'impressionna (Résurrection du fils de Naïn et Guérison de l'aveugle, Sarasota, Floride, Ringling Museum). De retour à Gênes, il y devint ainsi le principal propagateur du Caravagisme. Prisé par la haute bourgeoisie ligure, restant à Gênes jusqu'à sa mort, à part un bref séjour à la cour de Mantoue en 1635, il peignit de nombreuses œuvres pour les églises et les palais (fresques de l'Histoire d'Esther au palais Lomellini-Patrone) génois.

Samson et Dalila et la Mort d'Ezéchiel (Gênes, Gal. di Palazzo Bianco) ou la Charité de saint Thomas de Villeneuve (Gênes, Nostra Signora della Consolazione) montrent un Caravagisme nuancé, non sans rapport avec l'art d'Orazio Gentileschi (à Gênes en 1621-1623) et ouvert aux autres tendances contemporaines. Ce style sera repris par de nombreux élèves : Francesco Merani, G. B. Casoni et Francesco Gentileschi, fils d'Orazio.