En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Pedro Fernández

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre espagnol (Murcie, actif en Italie v. 1503 à 1518, documenté à Gérone de 1519 à 1521)

. Originaire de Murcie, cet artiste partit vers 1500 pour l'Italie, où il a été longtemps connu sous le nom conventionnel de Pseudo-Bramantino, identifié avec le peintre Pietro Ispano ou Pietro Frangione cité dans des documents napolitains. Après une première étape de formation en Lombardie qui lui permit de connaître les peintures de tradition léonardesque et les compositions de Bramantino, il séjourna entre 1508 et 1516 à Naples (Bustes de prophètes de la chapelle Caraffa à San Domenico Maggiore, Retable de Santa Maria delle Grazie de Caponapoli, démembré entre la Norton Simon Foundation de Pasadena, le musée Capódimonte de Naples et une coll. part., Chemin du Calvaire de San Domenico Maggiore) et à Rome (Vision du bienheureux Amedeo Mendez de Silva, Gal. Barberini ; Stigmatisation de saint François, Turin, Gal. Sabauda). Avant son retour en Espagne, lors d'un second séjour en Italie du Nord (1516-1518), il dut exécuter le Polyptyque de la Vierge de Bressanoro (église de Castelleone et musée de Crémone), œuvre d'une grande force plastique, soulignée par un éclairage violent et un vif chromatisme. De cette époque datent également les panneaux de Saint Blaise (Barcelone, M. A. C.) et Saint Grégoire (Cambridge, Fogg Art Museum).

Entre 1519 et 1521, Pedro Fernández est cité à Gérone dans le contrat du Retable de sainte Hélène (cathédrale de Gérone) et pour deux autres ensembles à Flaçà et Llançà (disparus). Après avoir assimilé la culture des principaux foyers de la Renaissance italienne, Fernández, à son retour en Catalogne, revient à des formules plus typiquement espagnoles, mais son influence est notable sur les artistes de la première Renaissance catalane.