En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Conrad Felixmüller

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre et graveur allemand (Dresde  1897  – Berlin  1977).

Il se forme à l'Académie de Dresde et commence en 1913 à graver sur bois et à lithographier. Dès 1916, il expose à Berlin, au Sturm, et, l'année suivante, il donne des gravures sur bois pour le journal Die Aktion. Il fut d'abord marqué par le style graphique de Die Brücke et par les simplifications volumétriques de l'art nègre. À partir de 1920, la région de la Ruhr et l'univers minier lui inspirent une suite très cohérente de grands dessins à l'encre de Chine et de gravures ; les licences expressives, réservées aux personnages, s'intègrent dans une vision plus objective des sites (le Grand Mineur, 1922, coll. part.). Les peintures et les aquarelles, souvent dénonciatrices également de la condition ouvrière (l'Homme dans la ville, 1922-23, Stuttgart, Staatsgal.), témoignent parfois d'un expressionnisme fantastique, aux couleurs stridentes, dans la lignée de celui de Meidner, avec lequel il était lié depuis 1915 (le Suicide du poète Walter Rheiner, 1925, Hagen, coll. part.). Felixmüller joua un rôle actif à Berlin et à Dresde dans les milieux artistiques, engagés politiquement, relevant du cercle de Walden et du Sturm comme des expressionnistes de Dresde (Die Brücke). Il évolua à partir de 1927 vers un réalisme plus direct, auquel ses dernières œuvres se rattachent encore. L'artiste est représenté dans les musées allemands (Halle, Dresde, Wiesbaden, Stuttgart, Düsseldorf, Leipzig, Berlin, N. G.).