En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Luis Feito

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre espagnol (Madrid 1929).

Il fréquente l'École des beaux-arts de Madrid, où, en 1954, il est professeur de dessin et réalise sa première exposition particulière (gal. Bucholz), la seconde ayant lieu en 1955 (gal. Fernando Re). Muni d'une bourse, il vient à Paris en 1954 et expose en 1955 à la gal. Arnaud, qui, a montré régulièrement ses œuvres. Ses premières toiles font une place importante au graphisme, qui dessine en lignes claires sur des fonds plus sombres des sortes de plans évoquant architectures ou jardins. Très vite, cependant, Feito découvre la matière à laquelle il restera fidèle pendant de longues années, cette pâte épaisse, granuleuse, évoquant les terres calcinées de son pays ; elle est encore striée, incisée de minces graphismes, de lignes qui s'entrecroisent, mais qui disparaîtront peu à peu pour donner passage à la lumière en des contrastes accentués de zones claires et sombres. Peu à peu, les couleurs " naturelles " s'effaceront pour faire place presque uniquement au rouge et au noir. À partir de 1964-65, la couleur domine (Diptyque n° 563, 1966, Marseille, musée Cantini), notamment dans les grandes toiles présentées à la Biennale de Venise en 1968 : d'épaisses masses de teintes vives s'organisent en rythmes simples avec une sorte de force élémentaire et s'opposent souvent à de vastes aplats unis en des diptyques d'un caractère monumental (exposés gal. Arnaud, 1968). Le M. E. A. C. de Madrid a consacré une rétrospective à Feito en 1988. Ses œuvres des années 1980 confirment son intérêt pour la clarté géométrique des grandes touches colorées. Il est nommé en 1985 officier des Arts et des Lettres de France. Ses œuvres figurent dans les musées de Bilbao, de Cuenca, de Madrid (collection Juan March), de Marseille, d'Alexandrie, de Rome, de Montréal, de New York (Guggenheim Museum), de Houston, de Rio de Janeiro, de Paris (M. N. A. M. et M. A. M. de la Ville).