En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Helmut Federle

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre suisse (Soleure 1944).

Après avoir fait ses études à la Kunstgewerbeschule de Bâle, de 1964 à 1969, Federle a séjourné à plusieurs reprises à Paris, à New York, où il est resté de 1979 à 1983, et à Genève. Il s'est installé à Vienne depuis 1985. Ses premières œuvres, très stylisées, montrent un art essentiellement tourné vers le paysage, avec des représentations de la montagne et du soleil dans un esprit symboliste. À partir de 1980, notamment grâce à l'influence de l'art américain, Federle va transformer son art et devenir davantage abstrait : ses compositions présentent un petit nombre de formes, toutes géométriques et disposées dans un espace strictement plat : un jeu de valeurs plus ou moins contrastées leur confère un aspect sévère. Ses tableaux sont souvent de dimensions monumentales comme MacArthur Park (1987, musée de Grenoble, dépôt du Fonds national d'art contemporain) : cette œuvre est constituée d'une puissante structure fondée sur des lignes horizontales et verticales de longueur inégale, qui traduisent un rythme très contrasté s'inscrivant en gris foncé sur un fond peint d'une couleur d'un jaune ambigu. Contrairement à de nombreux artistes de sa génération, Helmut Federle cherche à réintroduire dans la peinture des valeurs spirituelles. Des expositions ont été consacrées à Federle : musée de Grenoble en 1989 ; Paris, G. N. du Jeu de Paume en 1995.