En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

le chevalier Antoine de Favray

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre français (Bagnolet 1706  – Malte v.  1792).

En 1738, il accompagna à Rome son maître J.-F. de Troy, lorsque celui-ci fut nommé directeur de l'Académie. Ayant fait la connaissance de chevaliers originaires de Malte, il les suivit et s'établit en 1744 dans l'île qu'avaient illustrée de leur talent Caravage et Mattia Preti (Portrait d'une dame maltaise, 1745, Louvre). En 1751, il devint lui-même chevalier. En 1762, il envoya au Salon quelques-uns de ses tableaux (dont les Dames de Malte se faisant visite, 1751, id.), qui lui ouvrirent les portes de l'Académie. La même année, il se rendit à Constantinople, que Liotard avait déjà visitée et où il devait rester jusqu'en 1771 (Dames turques, Dames grecques, musée de Toulouse). Il s'en retourna alors à Malte, où il allait mourir vingt ans plus tard. L'île, notamment le musée de La Valette, conserve encore aujourd'hui des portraits et des scènes de genre (plusieurs au musée de La Valette) qui mettent ce petit maître " piquant et naïf " au rang des plus pittoresques narrateurs du xviiie s. (Autoportrait, 1778, Offices).