En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Henri de Favanne

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre français (Londres 1668  – Paris 1752).

Élève à Paris de R. A. Houasse, il est à Rome de 1695 à 1700, travaille dans l'entourage de la princesse des Ursins en Espagne, puis au château de Chanteloup (Touraine), dont le décor peint (chapelle, salon, galerie) constituait l'entreprise principale, auj. disparue (Triomphe de la Justice, esquisse d'un des plafonds, au Louvre). Son œuvre, qui n'était plus guère connue que par son morceau de réception à l'Académie (Allégorie de l'avènement de Philippe d'Anjou au trône d'Espagne, 1704, Versailles ; esquisse au musée d'Orléans), a été récemment recomposée (Coriolan quittant sa famille, musée d'Auxerre ; Coriolan supplié par sa femme et sa mère, id. ; Séparation de Télémaque et d'Eucharis, Moscou, musée Pouchkine ; Nymphes mettant le feu au vaisseau de Télémaque, id. ; Saint Jean prêchant, Louvre) ; elle représente par son goût des compositions en frise et des gestes expressifs, comme par son coloris délicat, un intéressant trait d'union entre Poussin et le Néo-Classicisme.