En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Philip Evergood

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre américain (New York 1901  – Bridgewater 1973).

Quoique citoyen américain, Evergood reçut toute son éducation en Angleterre et entreprit en 1921 des études de sculpture à la Slade School of Art de Londres. À New York, en 1923, il suivit les cours de peinture de George Luks à l'Art Student's League puis se rendit à Paris pour étudier à l'Académie Julian sous la direction d'André Lhote et de Jean-Paul Laurens. En 1931, il s'installa définitivement aux États-Unis et fut chargé, de 1934 à 1937, par le W. P. A. Federal Art Project de la section de peinture de chevalet. Sensible aux problèmes sociaux causés par la crise de 1929, Evergood peint alors des sujets de la vie quotidienne : The Strike (1937, New York, Whitney Museum of American Art) décrit une scène de violence où les grévistes sont malmenés par la police, Don't Cry Mother (1938-1944, New York, M. O. M. A.), la misère des nécessiteux. À ces thèmes, qu'il poursuit tout au long de sa carrière, s'ajoutent des sujets plus simples ou plus symboliques (Sunny Side of the Street, 1950, Washington, Corcoran Gal. ; Happy Entrance, 1951, Huntington Wood's, coll. Epstein). Tout comme ses sujets, son style varie d'une œuvre à une autre et, bien qu'il ne recoure pas à la fantaisie, sa caractéristique la plus importante se trouve dans l'aspect primitif de la culture américaine. Mais son style peut aussi côtoyer dans certaines œuvres celui des expressionnistes allemands et notamment de Max Beckmann. Evergood a enseigné dans de nombreuses universités américaines (New York, Iowa, Minnesota), et son œuvre est présenté dans les principaux musées des États-Unis.