En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Equipo Crónica

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Les artistes Rafael Solbes, Juan Toledo et Manolo Valdés créent à Valence, en 1965, le groupe Equipo Crónica et présentent pour la première fois, la même année, un ensemble d'œuvres collectives au XVIe Salon de la jeune peinture à Paris. Juan Toledo quitte rapidement le groupe, qui ne sera plus constitué que par Manolo Valdés et Rafael Solbes jusqu'en 1981, date de la mort de ce dernier. Fondé sur la base d'un réalisme pictural dialectique, Equipo Crónica entreprend une critique des images de la culture contemporaine. Usant d'un langage proche de celui des affiches de propagande, le groupe provoque la rencontre des arts majeurs (chefs-d'œuvre de l'art) et mineurs (B.D., imagerie populaire). Il dresse parallèlement le procès du franquisme et s'inscrit, comme le peintre espagnol Arroyo, à l'intérieur de la contestation de la dictature. Le traitement que Solbes et Valdés font subir aux images évoque les peintures de quelques-uns des représentants français de la Figuration narrative, tels Aillaud et Recalcati, qu'ils rencontrent à Paris en 1965.

Caractérisée en 1965-66 par les procédés de déformation de l'image et de détournement d'œuvres, l'œuvre d'Equipo Crónica est constituée, à partir de 1967-68, par la suite chronologique de séries de peintures : Récupération en 1968-69, Guernica,1969, Autopsie d'un atelier, 1970, exploitent les grandes œuvres de la peinture espagnole de Velázquez et Goya à Picasso. Police et culture (collège d'Architecture de Barcelone, 1971), Série noire (1972) portent l'analyse sur les questions de la culture et de sa répression. Dès 1973, le groupe s'oriente davantage vers la critique de la pratique sociale de la peinture : l'Affiche (1973), Ateliers et peintres (1974), la Subversion des signes (1974-1975), le Mur (1975-1976). Les peintures les plus récentes d'Equipo Crónica sont marquées par le retour d'un classicisme pour les Paysages urbains (1978-1979), une appropriation ludique et humoristique de l'art pour Chronique de transition et voyages (1981).

Equipo Crónica a participé activement, entre 1967 et 1976, à des expositions collectives à caractère social et politique telles que " le Monde en question " en France, " Art et politique " en R.F.A., " Espagne, avant-garde artistique et réalité sociale 1936-1976 " en Italie et en Espagne. Les œuvres du groupe Equipo Crónica figurent dans de nombreuses collections privées européennes et dans les collections publiques du Moderna Museet à Stockholm, de l'IVAM-Centre Julio Gonzalez à Valence, de la fondation March à Madrid, des musées de Grenoble, de Marseille et de Paris (M.N.A.M. et Fonds national d'art contemporain).