En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Albert Gustav Edelfet

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre finlandais (Porvoo 1854  – Haikko 1905).

Chef de file de l'école réaliste finlandaise, il est le seul à s'être intégré au milieu artistique de l'Europe continentale. Sa peinture en France se place entre le Réalisme et l'Impressionnisme ; en Finlande, révolutionnaire, elle marque la cassure avec l'école de Düsseldorf. Il se forme vers 1870 à Anvers, où il adopte le Romantisme historique. En 1874, il vient poursuivre des études à Paris et entre dans l'atelier de Gérôme à l'École des beaux-arts. Avec ses camarades Bastien-Lepage et Dagnan-Bouveret, il est influencé (1878) par l'Assommoir de Zola et, à leur exemple, se met à peindre en plein air vers la fin des années 1870. Ses premiers succès dans les milieux parisiens sont dus à ses portraits (Pasteur, 1885, Orsay). Mais l'influence de l'Impressionnisme sur son travail apparaît plus dans ses esquisses que dans ses grandes toiles (le Jardin du Luxembourg, 1887, Helsinki, N.G.).

De retour en Finlande vers 1890, il introduit le pleinairisme français et contribue à la lutte pour l'indépendance de son pays : il réalise des peintures d'histoire patriotiques (Soldats finnois pendant la guerre de 1808-1809, 1892, Mäntta, Fondation Gösta Serlachius). Edelfet est choisi pour la première peinture monumentale destinée à un édifice public en Finlande. L'Inauguration de l'Académie de Turku, exécutée pour la salle des fêtes de l'université d'Helsinki, est détruite en 1944. L'œuvre d'Edelfet est surtout bien représentée dans les musées d'Helsinki et de Göteborg.