En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

William Dyce

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre britannique (Aberdeen 1806  Streatham 1864).

Après de bonnes études au Marischal College de sa ville natale, qui lui donnent une formation intellectuelle exceptionnelle pour un artiste, il vient à Londres en 1824 pour étudier la peinture. En 1825, il est en Italie, où il admire Titien et Poussin, dont il s'inspire pour le premier tableau qu'il expose à la Royal Academy en 1827, Bacchus élevé par les nymphes (Aberdeen, Art Gal.). Au cours d'un second séjour à Rome (1827-1830), il s'intéresse aux peintres du trecento et du quattrocento et se lie avec Overbeck et les Nazaréens. À partir de 1830, il exerça pour vivre le métier de portraitiste traditionnel à Aberdeen et à Édimbourg. Il fut, à l'instigation d'Eastlake, appelé à Londres pour devenir le directeur des Government Schools of Design, nouvellement créées (1836). Une seconde carrière, administrative, se surajouta alors à son activité de peintre, mais il abandonna le poste en 1843. Un pamphlet, qu'il rédigea en 1837, sur l'enseignement des beaux-arts (The Best Means of Ameliorating the Arts and Manufactures of Scotland in Point of Taste) incita la commission écossaise, créée depuis peu, à l'envoyer à l'étranger pour y étudier les systèmes d'application des arts. Ayant obtenu un grand succès avec Joash tirant les flèches de la délivrance (1844, Hambourg, Kunsthalle), protégé par le prince Albert, à la suite d'une commande exécutée pour un pavillon des jardins du palais de Buckingham, il est chargé, en 1844, à la place de William Etty, d'exécuter à fresque une partie de la décoration du palais de Westminster (Baptême du roi Ethelbert, Chambre des lords ; Légende du roi Arthur, Queen's Robing Room, inachevée). Cette activité devait, avec les fresques de l'escalier de la résidence royale de l'île de Wight, Osborne House (Neptune abandonne l'empire des mers à Britannia), l'accaparer jusqu'à sa mort. Il donna également les cartons de la décoration murale de All Saints Church, Margaret St., à Londres, qu'il réalisa à fresque (Sainte Trinité et Saints, achevés en 1859). Membre de la Royal Academy en 1848, il continua d'y exposer régulièrement, mais il substitua à ses peintures d'inspiration nazaréenne, comme la Madone et l'Enfant, exposée en 1845 (coll. royales), ou la Rencontre de Jacob et de Rachel (Hambourg, Kunsthalle), exposée en 1853, des paysages très précis où la description se veut scientifique, comme la Baie de Pegwell, 1859-60, exposée en 1860 (Londres, Tate Gal.). Ces paysages méticuleux annoncent la façon de peindre précise et lente de W. Holman Hunt et de ses confrères préraphaélites (Titien se préparant à faire son premier essai en couleurs, 1857, City of Aberdeen Art Gallery), dont Dyce fut un des premiers soutiens dans le cercle artistique. L'Art Gallery d'Aberdeen conserve plusieurs tableaux et de nombreux dessins préparatoires de l'artiste.