En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

les Drolling

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintres français.

Martin (Oberhergheim, près de Colmar, 1752  –Paris 1817). Reçoit les premiers rudiments de son art à Sélestat, mais se forme surtout au Louvre, en copiant les peintres hollandais et flamands, auxquels il doit son sens du détail précis, de l'atmosphère et la saveur de la matière. De 1802 à 1813, il peint pour la Manufacture de Sèvres. Il excelle dans les scènes de genre (Intérieur d'une cuisine, et son pendant, Intérieur d'une salle à manger, Salon de 1817, Louvre et Paris, coll. part. ; l'Enfant au gigot, la Petite Laitière, musée de Strasbourg, qui conserve un bel ensemble de son œuvre), composées parfois avec une rigueur géométrique qui reflète la leçon du Néo-Classicisme (Jeune Femme portant des secours à une famille malheureuse, musée de Caen). On lui doit également des portraits sobres et vigoureux (plusieurs au musée d'Orléans, dont un bel Autoportrait).

Son fils et élève, Michel (Paris 1786 – id. 1851) , bénéficie de l'enseignement de David en 1806 et obtient le prix de Rome en 1810 avec la Colère d'Achille (Paris, E. N. B. A.). Après un séjour de cinq ans à Rome, il présente au Salon de 1817 la Mort d'Abel (musée de Leipzig) et travaille au château de Versailles, au Louvre (deux plafonds), à la Conciergerie et à l'église Saint-Sulpice de Paris (décor d'une chapelle).