En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Gérard Douffet

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre liégeois (Liège 1594  – id. 1660 ou 1665).

Il fut le fondateur de l'école liégeoise du xviie s. et le principal représentant du courant caravagesque en pays wallon. Certains critiques pensèrent pouvoir l'identifier avec le Maître du Jugement de Salomon, mais sans convaincre. Douffet fut apprenti chez Jean Taulier, puis travailla de 1612 à 1614 dans l'atelier de Rubens. En 1614, il partit pour l'Italie, où il resta sept ans à Rome ; il visita aussi Malte et Venise. Aucune œuvre certaine n'est conservée de ce séjour italien sauf la Forge de Vulcain (1615), conservée au musée de Liège. Parmi les œuvres importantes de l'époque qui suit immédiatement, on relève l'Invention de la Sainte Croix (1624, Munich, Alte Pin.) et la Visite du pape Nicolas V au tombeau de saint François d'Assise (1627, id.). En 1634, Douffet devenait peintre de Ferdinand de Bavière, prince-évêque de Liège de 1613 à 1650, et exécutait dès lors de nombreuses œuvres pour les églises et les couvents de la ville. Le style des nombreux portraits (musée de Liège et Munich, Alte Pin.), d'abord baroque, évolue ensuite vers un classicisme qui n'est pas sans évoquer l'art de Philippe de Champaigne. Douffet eut pour élèves Berthollet Flémalle, Gérard Goswin et Jean Gilles del Cour.