En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Michel Dorigny

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre français (Saint-Quentin 1617  – Paris 1665).

Il entre comme apprenti pour 5 ans chez Georges Lallemant en 1630 et il fait partie de l'atelier de Vouet au plus tard en 1638. Il est tentant de placer dans l'intervalle un séjour en Italie, mais aucun document ne le prouve. La confiance que lui manifeste Vouet, dont il deviendra le gendre en 1648, atteste en tout cas une solide formation et de réelles aptitudes. Dorigny fut reçu académicien en 1663 et devint professeur un an après. Les tableaux certains ou que l'on peut lui attribuer raisonnablement (Pan et Syrinx, Louvre ; Christ en croix, id. ; Annonciation, Offices ; les Quatre Saisons, musée de Glasgow ; Grossesse de Callisto et Diane et Actéon, musée du Petit Palais à Paris) montrent un style dérivé de celui de Simon Vouet, avec cependant des traits bien personnels, surtout dans le coloris, tandis que l'ensemble décoratif du château de Vincennes (Pavillon de la Reine, entrepris en 1660), fort détruit, mais dont quelques fragments sont conservés au Louvre (les Quatre Parties du Monde, la Tempérance, la Force et la Prudence), témoigne d'un goût certain pour les compositions claires et monumentales. Il contribue en outre à la décoration de plusieurs châteaux (Colombes, aujourd'hui à la mairie de Port-Marly, attribué à Vouet au moment de sa découverte) et grands hôtels parisiens (plafonds au palais Mazarin, B. N., cabinet des Estampes, et à l'hôtel Lauzun, in situ). De mieux en mieux connu, l'œuvre de Dorigny révèle un artiste important. Le musée historique de Vincennes conserve de cet artiste une importante série de dessins en relation avec les plafonds du château neuf de Vincennes. De plus, sous la direction du maître, Dorigny a gravé avec une fidélité digne d'éloges la plupart des œuvres de Vouet, dont beaucoup, les compositions décoratives en particulier, sont malheureusement détruites aujourd'hui.