En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Oscar Dominguez

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre espagnol (Ténériffe, Canaries, 1906  – Paris 1957).

Fils d'un exportateur de bananes, il vint à Paris en 1929, subit d'abord l'influence de Dalí et d'Ernst. En 1933, il organise une exposition d'art surréaliste à Ténériffe ; il se joint au groupe parisien en 1934, peint, entre autres toiles, Désir d'été et la Machine à coudre électro-sexuelle et réalise en 1935 ses premières " décalcomanies sans objet ". Sa période " cosmique " de 1937, où il pratique l'automatisme surréaliste, est l'une des meilleures de son œuvre : Nostalgie de l'espace (1939, New York, M. O. M. A.). À l'exposition surréaliste de la gal. des Beaux-Arts (Paris, 1938), il présente de remarquables " objets surréalistes ", comme Jamais (des jambes de femmes enfouies dans un pavillon de Gramophone). Resté à Paris pendant l'Occupation, il participe au groupe la Main à plume, alors que la plupart des peintres surréalistes sont en Amérique. Son exposition de 1943, chez Carré à Paris, présente des toiles dans le style de De Chirico. Après la guerre, Dominguez cherche à se renouveler ; il cesse de graviter dans l'orbite du mouvement surréaliste. Le Cheval de Troie (1947) l'apparente à Picasso. Son œuvre devient alors multiple et un peu tâtonnante. Il s'est suicidé le 31 décembre 1957, à Paris. Une exposition lui a été consacrée (Las Palmas, Santa Cruz, Madrid) en 1996.