En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Domenico Di Bartolo

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre italien (Sienne, mentionné de 1432 à 1444).

Il reçut sans doute une formation florentine, qui devait modifier profondément les éléments de style hérités de la tradition gothique siennoise, les orientant dans le sens d'une recherche des effets plastiques où se reconnaissent l'influence de Masaccio et celle de Donatello. Cette transformation fut précoce (dès 1430), comme l'indiquent la Vierge entre saint Paul et saint Pierre (Washington, N. G., Kress Coll.) ainsi qu'une œuvre plus connue, la Madone et l'Enfant entourés d'anges (1433, Sienne, P. N.). Dans ce dernier tableau, remarquable, la couleur émaillée et toute lumineuse atteste la présence en Toscane de Domenico Veneziano. De 1434 date l'admirable pavement de marbre de la cathédrale de Sienne, représentant l'Empereur Sigismond sur son trône, mis en perspective et rigoureusement dessiné, comme on le faisait alors à Florence. Les fresques exécutées entre 1435 et 1439 dans le sacristie de la cathédrale ayant disparu, c'est le polyptyque de 1438 peint pour S. Giuliana de Pérouse (Pérouse, G. N.) qui témoigne du style de sa maturité. La plasticité florentine, inutilement soutenue par un clair-obscur franc mais pesant, se résout ici de façon plus linéaire. Cette régression stylistique s'accentue encore davantage dans les fresques de l'hôpital de Sienne, exécutées après 1440 (Éducation et mariage des enfants trouvés, Nourriture et vêture des pauvres, Soins aux malades, Le pape Célestin III accorde des privilèges à l'hôpital, Agrandissement de l'hôpital).

Dans ces œuvres, le dessin est exagérément accusé et la recherche d'effets expressifs et descriptifs ne va pas sans une outrance un peu grossière mais l'attention aux nouveautés florentines (Uccello, Domenico Veneziano) reste perceptible.