En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Burgoyne Diller

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre et sculpteur américain (New York 1906  – id. 1965).

Il représente l'un des exemples les plus achevés du courant néoplastique aux États-Unis. Étudiant à la Michigan State University, il s'intéresse à Cézanne et à Seurat, qu'il découvre à l'Art Institute de Chicago. En 1928, il s'inscrit à l'Art Students League de New York, où il a pour professeur Hans Hofmann et George Grosz. Ses premières œuvres sont d'inspiration cubiste puis, dans les années 30, s'apparentent par leur agencement de plans disposés librement sur un fond coloré au Constructivisme russe et plus encore au Néoplasticisme (Construction, 1934, Washington, Hirshorn Museum and Sculpture Garden). Burgoyne Diller, qui est resté très lié avec Hans Hofmann, s'occupe de 1935 à 1940 de la section de peinture murale du Federal Art Project. Il est membre des American Abstract Artists (A. A. A.) de 1937 à 1939. Dès ce moment-là, son art évolue de plus en plus vers le Néoplasticisme : c'est ce qu'il appellera plus tard dans son œuvre le " Second Theme ", dont les compositions sont constituées d'une grille issue de l'art de Mondrian, dans laquelle sont disposées des couleurs (Second Theme, New York, Metropolitan Museum of Art).

La présence de Mondrian à New York à partir de 1940 va le confirmer dans sa voie. Il a auparavant réalisé quelques reliefs dans une esthétique néoplastique, qui témoignent sans doute de l'influence de Charles Biederman et de César Domela (Construction, 1938, New York, M. O. M. A., qui est constituée de plans superposés, de pleins et de vides entrecroisés dans une gamme colorée rouge, bleue et jaune). La construction des rectangles libres, qu'il avait commencé à utiliser également avant 1940 et qu'il a intitulée par la suite " First Theme ", avec ses éléments unis et ses surfaces colorées indépendantes, fait place à une grille rigoureuse de bandes verticales et horizontales dans laquelle un jeu subtil de chevauchements, d'entrecroisements, d'asymétries fait peu à peu disparaître la distance entre plans et fond. C'est ce que Burgoyne Diller appelle " Third Theme ", qui est directement marqué par la dernière période de Mondrian, illustrée par les compositions de la série des Boogie Woogie (Third Theme, 1946-1948, New York, Whitney Museum of American Art).

Dans les dix dernières années de sa vie, il revient à des compositions plus simples, proches de ses premières œuvres ; c'est l'utilisation de son " First Theme ", où il dispose des éléments rectangulaires sur un fond coloré, mais de façon très stricte, cet arrangement annonçant le Minimal Art par son aspect réduit à l'essentiel (First Theme, 1963-64, Buffalo, Albright-Knox Art Gallery). Burgoyne Diller se consacre également à la sculpture en réalisant des volumes simples à base de parallélépipèdes superposés en stratifié coloré. Une exposition rétrospective de son œuvre a eu lieu au Whitney Museum of American Art en 1990.