En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Richard Diebenkorn

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre américain (Portland 1922  – Berkeley 1993).

Il étudie à l'université Stanford puis à Berkeley de 1940 à 1943. Il reçoit son Master of Art en 1952 à l'université de New Mexico. Dans ces années-là, Diebenkorn devient un artiste dans la lignée de l'Expressionnisme américain et il subit l'influence de Rothko, Still, Motherwell. Les œuvres de cette période représentent des paysages abstraits conçus simplement, mais brossés avec emphase : Untitled (Albuquerque) [1951, Raleigh, Museum of Art]. Il connaît ensuite une période figurative (1956-1967) où se révèle sa connaissance de la tradition moderniste européenne de Manet à Matisse. En effet, c'est pendant son service militaire à Washington qu'il découvrit la peinture française à la Phillips Collection. Les œuvres de cette période sont des natures mortes (Sink, 1967, Baltimore, Museum of Art), des nus, des portraits (Woman in a Window, 1957, Buffalo, Albright-Knox Art Gal.), des intérieurs et des paysages (Invented Landscape, 1966, Oakland). Une troisième période s'annonce en 1967 avec une série dite " Ocean Park ". Ces œuvres, caractérisées par un format vertical et une grande échelle, sont organisées à partir de plans rectangulaires aux couleurs raffinées et sensuelles. Ce paysage architectural, toujours recommencé — l'artiste ne cesse depuis plus de 20 ans de travailler cette série —, montre les infinies possibilités d'une œuvre abstraite.

Des expositions rétrospectives ont été consacrées à l'artiste en 1976 à Buffalo (Albright-Knox Art Gal.) et en 1983 à San Francisco (Museum of Modern Art). Son œuvre est présenté dans les plus importants musées américains.