En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jean Dewasne

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Artiste français (Hellemme-Lille 1921-Paris 1999).

Ayant exécuté son premier tableau abstrait en 1943, après des études philosophiques et musicales ainsi que deux années d'architecture à l'E. N. B. A. de Paris, il se trouve, à la Libération, parmi les premiers artistes qui militent pour l'Abstraction ; il fait partie du comité fondateur du Salon des réalités nouvelles en 1946 et reçoit la même année le prix Kandinsky, décerné pour la première fois. En 1950, il fonde avec Edgar Pillet l'Académie d'art abstrait, un atelier libre où il enseigne la " technologie de la peinture " et organise aussi des " conférences d'art abstrait ". Son vocabulaire et sa technique précise et lisse sont à cette époque influencés par Herbin, comme ceux de nombreux artistes français et étrangers de sa génération. Son style restera caractérisé par des formes nettes, enchaînées selon des rythmes complexes, des couleurs vives et brillantes peintes en aplats sur des supports durs comme le bois et même le métal. En 1949, une première grande peinture murale, le Joie de vivre, précisait déjà des recherches qui aboutirent en 1951 avec l'Apothéose de Marat (Paris, M. N. A. M.). Toutes ces œuvres, telles que la Grande Ourse (1958, Paris, M. N. A. M.), tendront à la monumentalité, en particulier par la simplification des formes et des aplats colorés. Les " anti-sculptures " qu'il réalise à partir d'éléments de carrosserie automobile qu'il peint de couleurs vives (Tombeau d'Anton Webern, 1952, Paris, M. N. A. M.) constituent une part originale de cette création par le rapport que la forme et la couleur entretiennent dans l'espace. Ayant fait partie à Paris de l'équipe de la gal. Denise René depuis 1945 et jusqu'en 1956, il a exposé ensuite chez Daniel Cordier et surtout à l'étranger. Il a réalisé un très grand ensemble mural pour le stade de glace des jeux Olympiques de Grenoble en 1968, la Longue Marche, décor de 90 m. de long (Lille, faculté de médecine), en 1970 un grand environnement au musée de Grenoble (déposé depuis), une peinture laquée monumentale pour la Grande Arche de la Défense (1987-89). Parmi ses œuvres récentes, mentionnons la réalisation d'un immense décor de plafond (800 m²) pour le journal Politiken à Copenhague, en 1995.