En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Claude Deruet

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre français (Nancy 1588  – id. 1660).

Apprenti de Bellange en 1605, Deruet séjourna à Rome à partir de 1613, où il fut l'élève de Tempesta et du Cavalier d'Arpin. De retour à Nancy en 1620, il est chargé de la direction artistique de la cour de Lorraine. Sa production de peintre est variée : portraits en buste (Louis XIV enfant, musée d'Orléans), portraits équestres (Mme de Saint-Baslemont, Nancy, Musée lorrain), scènes allégoriques (les Quatre Éléments, musée d'Orléans) ou mythologiques (Diane chasseresse ; les Trois Déesses, Nancy, Musée lorrain : Guerre des Amazones, deux suites de 4 toiles, l'une au musée de Strasbourg, l'autre partagée entre le Metropolitan Museum et le musée de La Fère), œuvres religieuses (Calvaire, peint pour Anne d'Autriche, Mayence, Landesmuseum ; Saint Michel, Nancy, Musée lorrain). Cette production vaut davantage par le charme naïf qui se dégage de ses cavalières empanachées au milieu de paysages touffus (Chasse de la duchesse de Lorraine, musée de Chartres) et par une certaine préciosité dans l'invention relevant du maniérisme que par les qualités proprement picturales de l'exécution ou de la composition.

Artiste retardataire et mineur — au moment où la Lorraine, avec Georges de La Tour et Bellange, sans même citer Claude Lorrain, qui doit sans doute plus à son pays d'adoption qu'à sa terre d'origine, possède des artistes de tout premier plan —, Deruet, malgré la vogue dont il a joui de son vivant et dont il jouit de nouveau de nos jours, est le type même du charmant maître provincial.