En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Balthasar Denner

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre allemand (Hambourg 1685  – Rostock 1749).

Après un apprentissage à Altona, puis à Dantzig, il entra en 1707 à l'Académie de Berlin. Les premiers tableaux qu'il peignit pour le duc Christian-Auguste de Holstein-Gottorp lui assurèrent un certain renom de portraitiste v. 1710. Il sera alors amené à beaucoup voyager dans le nord de l'Europe pour exécuter les portraits qui lui seront commandés. Ainsi, il séjournera d'abord à la cour danoise, puis en Angleterre (1721-1727) et à Dresde. Il a travaillé à plusieurs reprises pour les ducs de Brunswick, sa présence est souvent attestée à Berlin et Hambourg. Après un séjour à Amsterdam (1736-1740), il s'installa d'abord à Hambourg puis à Rostock, où il mourut en 1749 comme peintre de la cour de Mecklembourg. Alors que certains de ses portraits sont fort conventionnels, d'autres, tel le Gentilhomme en manteau brun (Hambourg, Kunsthalle), témoignent d'un certain intérêt pour la psychologie du modèle et de son goût pour les jeux d'une lumière crue et impitoyable. Ses Natures mortes de fruits et de fleurs (1730, id.) sont d'une facture veloutée et minutieuse. Cependant, il se spécialisa dans les Têtes de vieillards ou les Têtes de vieilles femmes, à l'expression mélancolique, dont il exécuta la première v. 1721 et dont il donna par la suite de très nombreuses versions (Louvre). Attentif au visage, il retraçait minutieusement chaque ride, utilisant sur cuivre une laque de son invention pour obtenir la tonalité rose et porcelainée de la chair. Cette technique, qui rappelle G. Dou, lui valut un grand succès auprès de ses contemporains. Il est beaucoup moins prisé aujourd'hui, précisément à cause de cette minutie qui laisse peu de place à l'étude du caractère des modèles. Certains de ses portraits apparaissent même raides et maladroits, comme les Enfants du poète Bockes (Hambourg, Kunsthalle).