En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Hugo Rodolfo Demarco

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Artiste argentin actif en France (Buenos Aires 1932  – Paris 1995).

Successivement élève puis professeur à l'école des Beaux-Arts de sa ville natale en 1957, Demarco a bénéficié d'une bourse du gouvernement français en 1963 et s'est installé à Paris. Dans l'importance contribution que les artistes sud-américains ont apportée à la vie artistique européenne, la diaspora argentine, fuyant un régime dictatorial, a brillé d'un vif éclat dans tous les domaines de la culture et pas seulement dans les arts plastiques, où s'illustrent Demarco, Julio Le Parc, l'Italo-Argentin Vardenega, Marta Boto, Horacio Garcia Rossi, G. Kosice. Très proches les uns des autres, très proches des Vénézuéliens Cruz-Diez, Soto et Soto, ils forment avec quelques Français, Yvaral, Morellet, le fer de lance du Cinétisme. Partageant en partie l'utopisme qu'incarne alors particulièrement Vasarely quant à la possibilité de changer le monde en créant un art moderne accessible à tous, pénétrant et informant tout le corps social, idées que partageait le groupe international " Nouvelle tendance, recherche continuelle ", Demarco et ses amis, portés par leur idéal, n'ont pas cherché une reconnaissance et ont à peine une œuvre personnelle. Demarco et Le Parc sont de ceux qui se sont montrés les plus novateurs dans la recherche d'une quasi-immatérialité de l'œuvre, qui ne se manifeste que comme pur effet visuel de lumière et de mouvement, dont la relation constitue ce que Demarco désigne comme " la forme " (Mouvement horizontal et vertical, 1968-92). Dans un stade ultérieur, l'utilisation d'objets simples en mouvement introduit le temps, facteur, quant à lui, d'immatérialité et pourtant objectivé et même matérialisé par ce que Demarco appelle l'" inquiétude perceptive ". Fidèle à la galerie Denise René (exposition en 1994), Demarco montre aussi ses Structures, Vibrations et autres Superpositions simultanées, Mouvement, (1994) dans les pays scandinaves et en Italie (Milan). Il est présent dans les collections publiques de France et d'Amérique du Sud, (Buenos Aires, Caracas) et le musée de Valparaiso lui a fait tôt accueil.