En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Georges-Joseph Van Sluijters, dit Georges De Feure

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre, illustrateur et décorateur français (Paris 1868  – id. 1943).

Originaire d'une famille en partie javanaise, il fit divers métiers en Hollande, où ses parents étaient retournés, avant de s'installer en 1890 à Paris, où il fut l'élève de Chéret. Il travailla aux décors du cabaret le Chat Noir, collabora à des journaux comme le Courrier français, le Boulevard ou le Figaro illustré (4 illustrations les Femmes, févr. 1900) et produisit un nombre important de lithographies et d'affiches (400 planches env.), qui comptent parmi les réussites de l'Art nouveau et où il représente souvent une femme à mi-corps, traitée dans des tonalités sourdes et raffinées, en teintes plates pour suivre l'exemple de l'art japonais (Isita, 5e Salon des Cent, Paris, Almanach, Paris, musée des Arts décoratifs).

Il s'intéressa en outre à tout ce qui touche au décor de la maison et créa des modèles de tissus, de papiers peints, de porcelaines, de verreries. Il exécuta en 1898 le décor de la maison Fleury et réalisa, en collaboration avec Eugène Colonna et Eugène Gaillard, le pavillon de l'Art nouveau de Bing à l'exposition de 1900. Il devait poursuivre sa carrière de décorateur et exécuter en 1925, à l'exposition des Arts décoratifs à Paris, les pavillons des villes de Tourcoing et de Roubaix, et il compte parmi les précurseurs du style 1925. Comme peintre, il fut révélé au public par une exposition d'aquarelles en 1894, puis par une exposition de peintures et d'aquarelles en 1901, à l'Art nouveau de Bing ; il traita en général de sujets comme la Course à l'abîme, Fin de lutte, l'Angoisse, Femmes damnées, qui révèlent des préoccupations métaphysiques, souvent inspirées de Goethe, de Berlioz ou de Baudelaire ; il a laissé également des paysages (Petites Maisons en Hollande, av. 1905, Paris, présidence du Sénat), d'où se dégage un certain mystère, comme chez Khnopff ou Degouve de Nuncques. Il participa ainsi au mouvement symboliste, et ses illustrations pour la Porte des rêves de Marcel Schwob (1899) en sont l'un des meilleurs exemples.