En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Arthur Bowen Davies

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre et sculpteur américain (Utica, État de New York, 1862  – Florence 1928).

Il étudia tout d'abord avec Dwight Williams, travailla au Mexique comme dessinateur industriel (1880-1882) puis retourna à Chicago étudier avec Roy Robertson et Charles Corwin (1882-1886). Il se rendit ensuite à New York, où il poursuivit ses études au Gotham Art Students et à l'Art Student's League. Il travailla comme illustrateur, et, en 1893, le collectionneur Benjamin Altman couvrit les frais de son voyage en Europe. Il y étudia Whistler et les préraphaélites autant que Delacroix ou les grands Vénitiens. En 1908, il prit part, aux côtés de Robert Henri, de Sloan, de Glackens, de Shinn, de Luks, de Lawson et de Maurice Prendergast, à l'exposition des Huit — en réaction contre le conservatisme de la National Academy. En 1912-13, il participa activement à la préparation de l'Armory Show, dont il avait été élu président. Son influence sur le choix des œuvres pour l'exposition et, plus généralement, sur l'histoire du goût américain ne saurait être sous-estimée (il possédait lui-même une intéressante collection de maîtres européens contemporains).

Peintre d'idylliques allégories (Dancing Children, 1902, Brooklyn Museum ; Unicorns, 1906, Metropolitan Museum) qui le rapprochent des peintres symbolistes, et notamment de Böcklin, Davies se convertit à des formules plus modernes sous l'influence des peintres européens, qu'il admirait et qu'il invita à participer à l'Armory Show. Dancers (Detroit, Inst. of Arts) révèle à la fois la connaissance de Matisse dans la composition et celle d'un Cubisme proche de Villon dans le traitement des formes. Davies s'intéressa après 1918 à l'aquarelle, à la lithographie, à l'eau-forte et travailla à partir de 1924 à de grandes décorations, notamment pour International House à New York et pour la maison de sa protectrice, Lillie P. Bliss, ainsi que, dans les toutes dernières années de sa vie, à des projets de tapisseries, en collaboration avec l'atelier des Gobelins.