En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jean Daret

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre français (Bruxelles v. 1613  – Aix-en-Provence 1668).

Il se rend jeune en Italie, où il est probablement influencé par les maîtres bolonais. De retour en France, il est fixé, sans doute dès 1635, à Aix, où il restera jusqu'à sa mort. Il se rend toutefois à Paris en 1660 et y reste jusqu'en 1663 ou 1664. Il y travaille à la décoration du château de Vincennes (décors disparus) et y est probablement agréé à l'Académie. La production méridionale de Daret est énorme et nombreux sont ses tableaux dans les églises d'Aix (cathédrale Saint-Sauveur, 1640 ; église de la Madeleine, 1637-1643 ; église du Saint-Esprit, 1653) et de la région (Perthuis, Cavaillon, Saint-Chamas, Salon, Lambesc, Saint-Paul-de-Vence). L'artiste décora également les hôtels de la ville (escalier de l'hôtel du baron de Chasteau-Renard, 1654), et ses travaux dans ce genre provoqueront l'admiration de Romanelli lors de son passage à Aix. Daret sait également être portraitiste sobre et fort : Autoportrait à l'Ermitage (1636), Portrait d'un magistrat (1638, musée de Marseille). Si le Guitariste du musée d'Aix (1636) témoigne de l'influence des peintres caravagesques, dont il gardera toujours le goût pour les morceaux réalistes, il se souviendra aussi, tout au long de sa carrière, des exemples bolonais dans des mises en page sobres et habiles.