En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Leonardo Cremonini

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre italien (Bologne 1925).

Après avoir fait ses études à l'Académie de Bologne, il travaille à Paris, où il présente, en 1951, sa première exposition personnelle. À ses débuts, les thèmes expressionnistes (bœufs dépecés, figures humaines monumentales, paysages pierreux désolés) témoignent d'une inspiration littéraire qui se précise dans la période suivante, quand la déformation expressionniste issue de l'empreinte des œuvres de Francis Bacon et de Graham Sutherland, ainsi que de celle de Marino Marini, laisse place à des recherches plus subtiles et intérieures. Les rapports entre la réalité et l'imagination sont traduits par des correspondances entre l'univers quotidien et celui de l'inconscient. L'exploration d'un monde apparemment familier et domestique, l'exaltation de certains motifs qui deviennent des symboles répétés, comme les " miroirs " dans la série des " Intérieurs " (les Fragments du corps aimé, 1970-1978), s'établissent en fonction de " correspondances " dans une atmosphère trouble et malsaine. Il en est de même pour la présence de motifs inspirés de la banalité usuelle de la vie moderne : les trains, les plages estivales populeuses (les Tiroirs des voyages, 1977-78 ; les Temps libres, 1980-1982). Ces scènes de rêve, d'hallucination ou d'angoisse sont traduites dans une couleur raffinée et une mise en page élégante, éléments qui contrastent avec la violence qu'atteignent parfois ces images. Son œuvre a été exposé au M. A. M. de la Ville de Paris (A. R. C.) en 1969-70 et au musée de Grenoble en 1983. L'artiste est notamment représenté au M. N. A. M. de Paris (les Parenthèses de l'eau, 1968).