En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Walter Crane

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre, illustrateur et décorateur britannique (Liverpool 1845 – Horsham, Sussex, 1915).

Venu à Londres avec sa famille dès 1857, il fut l'élève de son père, le peintre Thomas Crane, et de William J. Linton, graveur sur bois. Il se lia très tôt avec Edward Burne-Jones, Philipp Webb et William Morris, et fut l'un des pionniers du renouveau des arts décoratifs au sein du mouvement Arts and Crafts. Il créa des modèles de céramique pour Wedgwood dès 1867, de papier peint, de tissus, illustra des livres (la série des Six Penny Toybooks de 1865 à 1876). Il développa sa théorie socialiste de l'art dans The Claims of Decorative Art (1892), The Bases of Design (1898), Line and Form (1900), édités à Londres et bientôt traduits en allemand. Comme peintre, il exposa à la Royal Academy dès 1862, obtint des médailles à Paris en 1889 et 1900, et fut invité par le groupe des Vingt à Bruxelles en 1891. Il a laissé des portraits — celui de sa femme, le peintre Mary Frances Andrews (1882, Paris, Orsay), son Autoportrait (1912, Offices) —, des paysages d'Italie (Londres, V. A. M.) et surtout des tableaux d'inspiration symboliste, comme les Trois Chemins (id.) ou les Chevaux de Neptune (Munich, Neue Pin.). De 1893 à 1896, il fut directeur de l'École d'art de Manchester. Une exposition lui a été consacrée (université de Manchester, Whitworth Art Gallery) en 1989.