En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Christiaen Van Couwenbergh

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre néerlandais (Delft 1604  – Cologne 1667).

Élève de Jan Van Nes, il alla en Italie, où il admira la peinture des caravagesques ; de retour aux Pays-Bas, il s'inscrivit à la gilde de Saint-Luc de Delft en 1627. En 1647, il est à La Haye et, v. 1651, participe à la décoration de la Huis ten Bosch, près de La Haye, en y peignant des trophées d'armes ; en 1656, il s'établit à Cologne, où il restera jusqu'à sa mort. Ses premières œuvres : Jésus chez Marthe et Marie (1629, musée de Nantes), les Joueurs de tric-trac (1630, Los Angeles County Museum), Samson et Dalila (Dordrecht, hôtel de ville), par leurs sujets et par leur traitement, montrent l'influence qu'ont eue sur son art les caravagesques d'Utrecht. Son style représente l'aspect calme du caravagisme du Nord, ce qui met d'autant plus en relief un tableau à thème rare, le Rapt de la négresse (Strasbourg, M. B. A., 1632), sujet fréquemment traité à l'époque mais que le xixe siècle fit disparaître. Il peignit après 1635 des tableaux mythologiques, religieux et quelques sujets de chasse, mais d'un format plus petit. À Cologne, il fut connu comme portraitiste : Portraits de famille (1654, musée de Tours ; 1666, Paris, musée Marmottan), qui révèlent de réelles qualités décoratives et surtout un idéal arcadien qui le rapprochent du Classicisme italien. Ses œuvres monogrammées C. B. furent souvent attribuées à Cornelis Bloemaert, à Cornelis Brizé ou à Cornelis Bisschop.