En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jean Cousin

dit le Fils

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre français (Sens v. 1522  – Paris v.  1594).

Il fut peintre et graveur comme son père, Jean Cousin le Père. En 1563, puis en 1564, il est appelé à Sens pour l'Entrée de Charles IX, , avec Nicolas Couste (qui sera aussi le collaborateur de Caron). À cette époque, Cousin travaille au château de Fleurigny. Il donne les dessins du Livre de Fortune (1568), publie le Livre de pourtraicture (1571), peut-être d'après les recherches de son père. Delaune grave son Serpent d'airain et Gaultier la Forge de Vulcain (1581). Il a certainement donné beaucoup de dessins aux graveurs : Métamorphoses d'Ovide (1570-1574), Épîtres d'Ovide (1571-1580), Fables d'Ésope (1582). On ne peut lui attribuer que de rares peintures : le Jugement dernier (Louvre), venant des Minimes de Vincennes, gravé sous son nom et, peut-être, 2 des portraits des Bouvier attribués traditionnellement à son père (Jean III Bouvier et Savinienne de Bornes, coll. part.). Ses dessins (Albertina, Louvre, Ermitage), très proches de ceux de Delaune, transforment d'une façon maniérée et précieuse l'exemple de son père.