En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Pierre Courtin

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Graveur et peintre français (Rebréchien, Loiret, 1921).

Premier à imposer une conception de la gravure comme sort visuel et tactile, il commence à apprendre la gravure avec le buriniste Soulas, en 1939, à Orléans et vient, en 1942, à Paris. Ayant réalisé son premier burin abstrait en 1944 et après avoir travaillé quelque temps avec Jacques Villon, il devient imprimeur d'estampes chez l'imprimeur taille-doucier Leblanc, en 1947, et y fait de nombreux tirages pour Villon et pour R. Vieillard jusqu'en 1951. S'isolant au Mesnil-le-Roi (Yvelines), il s'occupe uniquement de ses propres gravures. Sociétaire de la Jeune Gravure contemporaine depuis 1949, il devient en 1950 membre du comité du Salon de mai, où il expose chaque année. Il fait sa première exposition particulière en 1951, à Paris, chez Colette Allendy. Courtin se veut graveur pur, c'est-à-dire que, pour lui, graver, c'est " inciser profondément le métal avec un outil tranchant et sans l'aide d'aucun acide rongeur, creuser plus ou moins dans l'épaisseur d'une plaque de zinc, de cuivre ou de toute autre matière dure " et obtenir ainsi une troisième dimension, " réelle, mesurable, sensible au toucher ". Ainsi, " la gravure ressemble à un petit bas-relief ". Les gravures de Courtin, quand elles ne sont pas uniques comme le livre des Images pour Eluard, comportent fort peu d'épreuves, chacune de celles-ci, rarement semblables, constituant un original. Par sa conception rigoureuse et l'usage exclusif du burin, Courtin a rendu à la gravure ses vertus originelles. Son exposition en 1962 à la gal. Berggruen (Paris) l'a consacré parmi les premiers graveurs contemporains. Il a commencé à peindre en 1966 (huiles, gouaches, détrempes sur toile ou sur panneau) : dans un espace à deux dimensions prennent place symétriquement des motifs décoratifs et symboliques plus ou moins dérivés des cultures archaïques (Grand Omniscient, 1966, gouache). L'artiste est représenté au M. N. A. M. de Paris.