En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Ótakar Coubine ou Ótakar Kubín

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre, graveur et sculpteur tchèque (Boskovice, Moravie, 1883  – Marseille 1969).

Après deux années d'études à l'école de Sculpture de Hořice, il se tourna vers la peinture, qu'il étudia de 1900 à 1904 à l'Académie des beaux-arts de Prague. Dès 1903, il entreprit des voyages d'étude en France, en Belgique et en Italie. Ses premières œuvres se rattachent au groupe des Huit, dont il fit partie. Leur caractère expressif trahit l'influence de Van Gogh (la Récolte des pommes de terre, 1908, musée de Prague), puis de Cézanne, dans l'intérêt porté à la construction des volumes.

En 1912, Coubine part pour la France et se fixe en Provence, à Apt, puis à Simiane-la-Rotonde. Séduit par l'esprit néo-classique développé à la même époque par Dunoyer de Segonzac ou Derain, il y élaborera une vaste œuvre comprenant des paysages, des natures mortes aux fleurs, des figures, des nus (Nu, 1926, id. ; la Cruche au bouquet, 1928, id. ; le Printemps à Simiane, 1934, id.). Coubine resta en contact avec son pays d'origine, participant régulièrement aux expositions de la société d'art pragoise Umělecká beseda. Il illustra notamment Allen de Larbaud, Orages de Mauriac. Rentré en Tchécoslovaquie en 1951, l'artiste s'adonna uniquement au paysage : évocations de la Provence ou vues de la Moravie du Sud, où l'éclat de la lumière éteint les couleurs, dissout les formes, à peine retenues par un cerne haché. En 1966, il retourna en Provence.