En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

John Sell Cotman

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre britannique (Norwich 1782  – Londres 1842).

Il arrive à Londres en 1798, où il travaille pour l'éditeur Ackermann, puis chez le Dr Monro, grâce auquel il devient un personnage en vue parmi les aquarellistes du cercle de Girtin, l'un et l'autre comptant parmi les principaux animateurs de l'" Academy " du docteur. Il prend alors souvent ses sujets dans Ossian ou d'autres sources littéraires. De 1800 à 1805, à la suite de plusieurs voyages dans le pays de Galles et le Yorkshire, il acquiert progressivement un style très personnel, utilisant de simples lavis par teintes plates sur des surfaces presque géométriques (Chirck Aqueduck, v. 1804, Londres, V. A. M. ; Greta Bridge, 1805, British Museum). Il expose à la Royal Academy de 1800 à 1806, mais en 1807, de retour à Norwich, il n'expose plus qu'à la Norwich Society, dont il devient président en 1811. En 1812, il s'installe à Yarmouth, où Dawson Turner encourage son goût pour les antiquités. C'est ce dernier qui rédigea le texte explicatif des Architectural Antiquities of Normandy, ensemble d'une centaine d'eaux-fortes publiées à Londres en 1822, dont Cotman avait trouvé la source dans ses voyages en France en 1817, 1818 et 1820. Il avait, sur le même principe, fait paraître entre 1812 et 1819 une série d'ouvrages sur le Norfolk (Ornamental Antiquities in N., 1812-1818 ; Sepulcral Brasses of N., 1814-1819 ; Specimens of Norman and Gothik Architecture in N., 1816-1818). Entre-temps, il s'efforça de donner à son style très analytique un tour plus pictural, se servant de bleus intenses, et il commença à pratiquer de plus en plus souvent la peinture à l'huile (The Drop Gate, 1826, Londres, Tate Gal.). En 1834, il revient à Londres pour enseigner le dessin à King's College. Son œuvre se rapproche alors davantage de celle de Turner, et il ajoute à son médium un mélange de farine et de pâte de riz pour lui donner une densité que l'on ne trouve pas dans ses aquarelles précédentes : Tempête sur la plage de Yarmouth (1830, Norwich, Castle Museum) ; Paysage rocheux ; Coucher de soleil et le Lac (Londres, V. A. M.). Bien qu'au début de sa carrière il ait été considéré comme l'un des maîtres de l'aquarelle en Angleterre, il perdit, mais moins qu'on ne l'a prétendu, la faveur du public. Aujourd'hui, ce sont cependant ses premières œuvres qui sont les plus estimées, car elles s'apparentent à des tendances modernes telles que le Cubisme. Il est représenté à Édimbourg (N. G.), à Leeds (City Art Gal.), à Londres (British Museum, N. G., Tate Gal., V. A. M.). Le musée de Norwich possède une importante collection de dessins et d'aquarelles de l'artiste. Une exposition rétrospective a été consacrée à Cotman en 1982 à Londres (V. A. M.).