En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Belisario Corenzio

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre italien d'origine grecque, (Arcadia Morée 1558  – Naples 1643).

Il s'établit à Naples dès 1570. Bien que son activité s'étende surtout durant le premier tiers du xviie s., il reste l'artiste type de la Contre-Réforme, mettant son art facile au service de l'Église, refusant toute rénovation stylistique, s'opposant âprement à toute incursion d'artistes étrangers. Ainsi, à cause de ses manœuvres, Guido Reni, Dominiquin, Lanfranco, appelés successivement pour la décoration de la chapelle du trésor de la cathédrale, s'enfuirent sans avoir terminé leur tâche.

Extrêmement prolifique, habile narrateur, il décora des palais (Palazzo Sanseveri di Sangro), ainsi qu'un grand nombre d'églises (S. Martino, 1591-92 ; S. Andrea delle Dame, 1591-92 ; Gesù e Maria, Monte Cassino, 1605-1609 ; S. Severino e Sossio, 1609 et 1640 ; S. Maria di Costantinopoli, 1610 ; Gesù Nuovo, 1635 ; la Sapienza, 1639-1641 ; enfin S. Maria degli Angeli alle Croci). Influencé par le Cavalier d'Arpin, il est, en fait, le premier décorateur napolitain, à l'origine d'une tradition picturale qui se continuera jusqu'à Solimena. On peut citer, parmi ses élèves, Luigi Roderico, dit le Sicilien, Michele Regolia et sans doute Stanzione. La vogue de B. Corenzio durant le premier tiers du xviie s. est symptomatique du goût retardataire qui régnait alors à Naples avant que ne l'emporte le style caravagesque ou bolonais.